« Vos rêves comme alliés »

Qu’y a-t-il de plus mystérieux et de plus fascinant que l’univers des rêves ?

Quel est donc cet espace « interne » qui nous permet de rentrer en contact avec l’univers féérique des contes de notre enfance ou de dialoguer avec nos chers disparus, de vivre, de toucher, d’expérimenter des sensations et des situations extraordinaires avec une telle impression de réalité ? N’avez-vous jamais ressenti à quel point les rêves semblent réels notamment lorsque vous vous réveillez comme « habité » par leurs sensations, tant à une échelle physique, psychologique, qu’émotionnelle. Pourquoi est-ce ainsi ? Quel est donc ce langage que notre conscient à du mal à déchiffrer ?

Depuis la nuit des temps, l’humanité s’est plongée dans la richesse des rêves, de l’Egypte antique où des chambres d’incubation étaient placées au cœur des pyramides, à la Grèce antique où des temples-hôpitaux tels que celui d’Asclépios permettaient aux « rêveurs privilégiés » d’aller chercher un rêve de guérison ou de prophétie. Dans la jungle de Bornéo, le peuple Senoïs, décrit comme le peuple idyllique, aurait semble-t-il atteint un degré d’équilibre psychique et émotionnel hors du commun en intégrant les enseignements reçus en rêves. L’humanité entière, en fait, avait compris la médecine des rêves, bien avant que Freud n’ouvre une porte déjà grande ouverte par les peuples dits « primitifs ». Soyons-lui au moins reconnaissant de nous avoir offert, de nouveau, l’opportunité de nous intéresser à ces contenus oniriques trop longtemps interdits par de tristes périodes inquisitoriales.

Reprenons donc le flambeau et (ré)-intégrons le rêve à sa juste place dans nos vies. Sa « fonction compensatrice » telle qu’elle se nomme est indispensable pour maintenir notre équilibre psychologique et émotionnel. 

Elle possède plusieurs sous-catégories :

  • La fonction évidente de pré-cognition.
  • la fonction d’intégration qui permet d’inclure une « nouvelle donnée », un nouvel apprentissage ou une nouvelle situation à l’aide de rêves ou de cauchemars répétitifs.
  •  la fonction de compensation qui aide à pallier un manque, une frustration, ou d’assouvir un fantasme.
  • La fonction « Eurêka » qui facilite la solution de problèmes durant notre sommeil. Ne dit-on pas que la nuit porte conseil ?

Pour révéler l’essence de la médecine de nos rêves, il faut s’y intéresser et apprendre à comprendre la manière dont ils nous parlent. C’est un travail passionnant qui demande un réel investissement mais dont les bénéfices sont incommensurables.

Le premier pas à faire est de commencer par tenir le journal de ses rêves au quotidien :

  • Trouvez un titre à votre rêve.
  • Notez-y le récit détaillé.
  • Notez vos sensations dans le rêve et celles au réveil.
  • Trouvez les symboles, les « logos », c’est-à-dire ces « images » qui parlent et repérez comment elles vous parlent.
  • Faites des recherches sur la symbolique universelle, les mythologies, en commençant par votre propre culture et celles de vos origines puis en vous ouvrant sur le reste du monde.

Progressivement, vous allez développer votre capacité à comprendre le langage de votre inconscient. 

Il est utile aussi, de se stimuler, en échangeant, en racontant ses rêves car il est fréquent d’avoir, à ce moment-là, une intuition ou une sensation nous guidant vers le message du rêve.

Si vous êtes curieux d’approfondir ce thème fascinant, je vous invite à consulter les 6 modules d’une heure que j’ai créés en m’appuyant sur mes 5 années de formation en psychologie clinique, incluant des spécialisations en analyse des rêves et psychologie jungienne. Dans ces modules, je vous transmets des clés pour apprendre à utiliser vos rêves comme des alliés au quotidien, pour mieux vous comprendre et vous connaître, pour faire de bons choix et écouter plus attentivement votre intuition.

Accédez à ces connaissances et vous ne considérerez plus jamais vos rêves comme avant. Disponible ici.

Prenez soin de vous et les uns des autres,

Laetitia Santarelli